Sélectionner une page

Définition et principe de la chirurgie reconstructrice de l’épaule :

 

 

 

La chirurgie de l’épaule est devenue une activité importante parmi les orthopédistes pratiquant la chirurgie du sport, ainsi que la prise en charge des patients âgés souffrant de pathologie dégénérative (e.g arthrose, rupture des tendons de la coiffe) 

Il s’agit d’un domaine dans lequel nous travaillons au quotidien dans l’équipe, bien que nous ne soyons pas tous chirurgiens de l’épaule.  

L’épaule est importante pour la fonction globale du membre supérieur car elle permet de placer la main dans l’espace et donc l’amène vers la fonction qu’elle doit effectuer. D’autre part elle donne de la force au geste en stabilisant le membre supérieur sur le thorax.

 Il est donc indispensable qu’elle soit au moins stable et indolore si ce n’est mobile pour permettre un fonctionnement adéquat du membre supérieur.  

En plus de l’activité de chirurgie réglée sur les épaules du Dr LAFOSSE (coiffes, prothèses, butées, Bankart) Nous avons une activité de réanimation de la fonction de l’épaule au sein d’une activité plus complexe en binôme avec les Dr BOUYER ou Dr LORET

Les pathologies complexes de l’’épaule en lien avec la chirurgie reconstructrice sont :

 

  • Les paralysies de l’épaule : transferts nerveux, transferts tendineux
  • Les séquelles de paralysies à l’épaule : arthrodèses.
  • Les tumeurs
  • Les reprises chirurgicales, pour séquelles. 

Les types d’intervention :

  • Transferts tendineux, par transfert musculaire de réanimation d’une fonction de l’épaule, Grand dorsal, trapèze inferieur, grand pectoral. 
  • Transfert nerveux de réanimation des muscles de la coiffe ou du deltoïde (nerf supra scapulaire, nerf axillaire) 
  • Transfert tendineux de stabilisation des paralysies des muscles du tronc entrainant une scapula alata ou Winging scapula (trapèze, grand dentelé) : triple transfert, transfert de grand pectoral 
  • Arthrodèse gleno humérale
  • Les butées sous arthroscopie selon LATARJET 

 

Les indications de reconstruction :

 

Elles varient en fonction des patients et de leurs antécédents, de leur fonction générale ( sachant que les gestes peuvent être plus ou moins lourds et complexe) 

  • Travailleur de force
  • Travail manuel (musiciens)
  • Volonté du patient
  • Contexte social et psychologique 

De l’état général : 

  • Polytraumatisme, atteinte de l’autre côté.
  • Age
  • Antécédents : diabète / pathologies cardio-vasculaires

 

Suite postopératoire :  

IL est indispensable avant de décider d’être opérer de savoir accepter les recommandations post opératoires du chirurgien et d’être prêt à les écouter.

Il existe un risque d’échec si les consignes post opératoire ne sont pas scrupuleusement respectées 

Il faut prendre en compte sa gène fonctionnel et savoir l’auto évaluer pour se fixer un objectif de récupération post opératoire. 

Parfois la récupération in fine n’atteint pas 100% 

La kinésithérapie est très souvent indispensable, et doit être pratiquée par des professionnels qui connaissent les habitudes des chirurgiens, et leurs consignes, mais qui doivent surtout posséder une maitrise précise des pathologies soignées, et des techniques permettant de les gérer. 

Voici le lien vers quelques vidéos de rééducation 

Vidéos Rééducation Épaule par Mr Pierre LACOSTE, MKDE

autorééducation réparation de la coiffe en chaine ouverte 45 premiers jours

Autorééducation réparation de la coiffe en chaine fermée 45 premiers jours

Autorééducation réparation de la coiffe à partir de J45 

Cas cliniques